Nouveaux penseurs et classiques repensés

L’audace de la perfection

Les grandes histoires s’écrivent avec de l’audace

Héroïnes secrètes parmi les éléments d’agencement, les béquilles de porte sont des composantes majeures de tout projet de construction – et pourtant maintes fois sous-estimées. Depuis toujours, l’architecture et le design donnent naissance à des principes conceptuels qui, jusqu’à aujourd’hui, n’ont rien perdu de leur actualité, et sont désignés de plein droit comme des classiques. Des courants conceptuels du passé ne cessent d’inspirer la genèse de projets correspondant à la philosophie de jadis – à propos de ces modèles,

FSB évoque dans son portefeuille le redesign ou les « Classiques repensés ». Attirés par l’audace de la perfection, des architectes et créateurs de renommée développent leur propre idéal d’une béquille de porte dont la forme et le maniement reflètent l’attitude conceptuelle de son créateur.

Par la suite, nous avons à cœur de vous faire découvrir les classiques repensés et les mettons entre vos mains.

Nous nous ferons un plaisir de vous apporter nos conseils sur les classiques repensés.

Quand les classiques inspirent la création de classiques

© Elena Mahugo

Sur le plan formel, les créations de Jasper Morrison sont sobres et réduites à l’essentiel, sans pour autant arborer un minimalisme froid. Le designer confère à chacun de ses ouvrages une pertinence durable au-delà de modes et de tendances. Son approche conceptuelle qu’il qualifie lui-même de « Super normal » a notamment résulté d’une collaboration avec FSB. Fin des années 1980, Jasper Morrison était un jeune trentenaire lorsqu’il prit en main la première commande provenant de l’industrie : le modèle FSB 1144.

Alessandro Mendini

En concevant le modèle FSB 1102, Alessandro Mendini redessina la légendaire béquille de porte de Walter Gropius et Adolf Meyer. Mendini était l’un des représentants majeurs du postmodernisme et membre du groupe de designers « Memphis ». Au début des années 1990, ses manettes de couleur, disponibles en édition limitée, numérotée et signée de main de maître, devinrent vite des pièces de collection rapidement épuisées. Alessandro Mendini continue de vivre dans les cœurs et sur les portes.

© Benjamin McMahon

David Chipperfield s’était adressé à FSB pour développer sa propre gramme de poignées. Quelques défis dus à la géométrie et à la tige de la béquille de porte se présentèrent au début du projet. Mais David Chipperfield trouva rapidement une solution en repensant la béquille à partir de son déport. Muni de son crayon et d’une feuille de papier, il se mit à dessiner. De son inspiration naquit le déport que nous pouvons aujourd’hui appréhender sur sa béquille en forme de U pour portes châssis.

Ludwig Wittgenstein

Fin des années 1980, Otl Aicher, légendaire figure de la conception graphique, nous proposa d’utiliser une poignée stylisée comme nouveau logo de notre entreprise. Peu après, Alessandro Mendini fit remarquer que cette suggestion géniale ressemblait à une béquille initialement imaginée par Ludwig Wittgenstein pour la demeure de sa sœur. À ce sujet, Otl Aicher eut une réaction espiègle et équivoque : « Voilà qu’à présent, nous avons pour vous votre propre philosophe maison. » Le modèle FSB 1147 repose également sur la poignée Wittgenstein.

© Massimiliano Ammatuna

En dessinant le modèle FSB 1163, Hans Kollhoff imagina pour ses projets une béquille de porte reposant sur le vocabulaire conceptuel des années 1930 : à l’époque, Ludwig Mies van der Rohe avait créé pour la fonderie de bronze « Berliner Bronzefabrik S.A. Loevy » une poignée de porte caractérisée par une tige circulaire de béquille d’où émergeait une poignée de forme carrée. Hans Kollhoff a réinterprété les deux éléments en vertu des lois de l’évidence et de la sobriété.

© Gilbert McCarragher

À l’occasion de la transformation d’un ancien bunker de télécommunications à Berlin en musée privé, John Pawson a subtilement réinterprété la béquille de forme « Empire » dessinée en 1930 par Hans Poelzig. Son modèle FSB 1242 réalisé en bronze noble convient parfaitement à la mise en œuvre dans le cadre d’une architecture contemporaine. John Pawson considère sa gamme de poignées comme symbole imposant sa marque visible sur un bâtiment, et qui pose sciemment des accents caractéristiques.

Ludwig Mies van der Rohe

Ludwig Mies van der Rohe, l’un des architectes majeurs du modernisme et dernier directeur du Bauhaus, est entré dans l’histoire. Son principe « Moins, c’est plus » se reflète dans une série de béquilles de porte qu’il a imaginées pour ses édifices. FSB rend hommage au grand maître de cette ère à travers le modèle FSB 1267. Fidèle aux intentions formelles de ses prédécesseurs, ce modèle les associe aux exigences de l’architecture contemporaines.

© Simon Hegenberg / Jason Sellers

Le modèle FSB 1271 résulte d’une coopération avec Jürgen Engel, marquée par la méticulosité et la précision dans l’analyse et la comparaison avec des concepts déjà existants de béquilles de portes. Une attention particulière revient à la béquille pour portes châssis, dont le déport n’est visible que si l’on y regarde de plus près, mais qui satisfait toutefois aux exigences normatives. Nous sommes d’ailleurs emplis de fierté que le modèle FSB 1271 et été distingué par le prix Iconic Design Award.

FSB Webcasts

References

Hotel Baja La Paz

FSB 1004

© Cesar Bejar

Brönnerstraße 22, Frankfurt

FSB 1144

© Thomas Mayer

Amore Pacific Headquarters, Seoul

FSB 1004

© Noshe and © David Chipperfield Architects

Cafe-Royal, London

FSB 1004

House on Buddentower

FSB 1242

© Roland Borgmann